L’immobilier sur Beijing

26 06 2010

Se trouver un appartement en Chine relève du parcours du combattant. Je dois avouer que j’en ai beaucoup bavé…

Je suis arrivé sur Beijing début Mai, soit au beau milieu des vacances du premier Mai qui, au paradis des prolétaires ouvriers-paysans, ne sont pas seulement synonyme de manifestations syndicales, mais de trois jours de repos.
J’avais repéré avant le départ quelques annonces sur des sites internet mais manque de chance, les choses vont très vite à Beijing et un appartement ne reste libre que quelques jours.

Donc, le bec dans l’eau je décide de rentrer dans des agences immobilières comme Century 21… Les agences chinoises ressemblent plus à des cybercafés qu’à autre chose: dans la boutique une bonne dizaine d’employés se penchent sur leurs ordinateurs toute la journée et, gros problème ne parlent pas un strict mot d’anglais! Alors les traductions via Baidu (le Google local) sont assez vite limitées.

En désespoir de cause, j’ai fini par répondre à une annonce sur Internet et ai rencontré un peu plus tard une Chinoise d’une trentaine d’années, Viviene qui illico presto, me fait visiter différents appartements. Elle se dit propriétaire de nombreux biens dans le quartier de Guomao-Chuangjing et comble du luxe, parle un anglais parfait. Elle me montre une chambre, dans une grande collocation, convenable, propre, même si assez chère (3000 yuans). Pressé par le temps, je décide de signer le contrat.

La notion de vérité en Chine est relative, évolutive même: la preuve par trois épisodes…

Episode 1: la signature du contrat.
Le jour dit, je retrouve Viviene pour signer. Là, elle m’annonce que l’appartement est vendu et que je dois déménager le 10 septembre, par contre on va tout de même signer un contrat d’un an, me promettant de me trouver une autre chambre après. Je tente de marchander et refuse catégoriquement de signer pour quelque chose que je ne connais pas. Après une bonne heure de palabres on signe un contrat jusqu’au 10 septembre, j’essaye les clefs, lui paye un mois de caution et trois mois de loyers (moyen habituel de payer en Chine). J’ai enfin un appartement!

Episode 2: L’enregistrement auprès du bureau local de police.
En Chine tout le monde (étrangers comme chinois) doit s’enregistrer auprès du bureau local de police. Viviene m’y accompagne mais arrivé devant le bureau de police elle me donne les documents demandés et prétexte un coup de fil urgent à passer pour ne pas entrer dans le commissariat! Pas dupe, je lui demande si elle a peur de la police? Elle esquive ma question, je me décide tout de même à rentrer, après tout je n’ai rien à me reprocher et en cas de problème la fautive est devant la porte… Dans la queue; j’en profiter pour regarder les différents documents: Viviene n’est que locataire et donc je me retrouve sous-locataire ce qui est illégal en Chine à moins d’avoir une autorisation écrite du propriétaire! De plus, en sous-louant; elle double le loyer initial et à moi tout seul j’en paye a peu-près la moitié! Pigeon, pigeon!

Je donne les différents documents et suis à moitié rassuré par le fait que l’employée de police ne me fait aucun problème et me donne le sésame. Je sors et engueule Viviene, je refuse de lui rendre les différents documents. Elle finit pas me dire la vérité mais m’assure que le propriétaire est au courant et ne voit pas d’inconvénient a sa petite entreprise de sous location. Ayant donne l’argent jusqu’à le fin Juillet, je suis bloqué et décide donc de rester dans le jeu.

Episode 3: Le second enregistrement auprès de la police
Fin Juin, ayant enfin obtenu mon permis de séjour en Chine; je dois renouveler mon enregistrement auprès de la police. Cette fois j’y vais seul et là, mauvaise surprise;  la police se montre beaucoup moins conciliante et me garde en observation pendant deux heures, me posant plein de questions sur qui est le propriétaire, qui sont les autres colocataires… Le tout en Chinois! Je répond comme je peux en me demandant quel est ce nouveau problème. A la fin, ils me rendent mes papiers, mon passeport et me donnent le certificat de résidence non sans me dire dans un anglais rudimentaire « Need to move, place not safe, not good, Move now… ».

Allons bon! Dans quel bourbier je me suis-je mis? Le soir même, je reçois un SMS de Viviene envoyé à tout ses « clients »: « si quelqu’un frappe à la porte et demande Viviene, dites de m’appeler sur mon portable, dites que vous ne me connaissez pas et ne donnez pas d’informations sur moi! Merci de votre aide. »

Bon… D’après ce que j’ai compris le problème est que soit Viviene vend de faux certificats de résidence à des chinois ou des étrangers (l’enregistrement est indispensable pour trouver du travail, ouvrir un compte en banque…) soit, et c’est pire, Viviene a récupéré des clefs je ne sais comment et loue des appartements vides… L’idée d’être un squatteur en Chine ne plaisant que très modérément, je me mets en recherche d’un nouvel appartement. Une fois que j’aurai déménagé, je tenterai de récupérer mon argent (6000 yuans soit le mois de Juillet et la caution). La stratégie est la suivante: Viviene tu veux récupérer les clefs? Très bien, je veux récupérer mon argent! Tu ne veux pas? C’est dommage, j’ai une copie de ta carte d’identité je crois que je vais aller la montrer aux flics et pas la peine de faire venir des gros bras, je ne vis plus chez toi…

Je suis donc en recherche mais cette fois je me suis mis en contact avec des agents immobiliers chinois parlant anglais. Ce que l’on me propose est parfois assez marrant: dans une même résidence, exactement le même studio de 75 mètres carrés se loue à 6500 yuans au sixième étage (avec balcon ouvert), à 5000 au septième (sans balcon ouvert) et 7500 yuans au vingt-deuxième étage (avec balcon ouvert et jolie vue). C’est ce que l’on appelle la bulle immobilière du balcon ouvert avec ou sans vue…

L’immobilier chinois est fou, les prix sont hallucinants, la bulle menace (trois fois le PIB annuel de la Chine selon certaines sources), le gouvernement a décidé en Avril de calmer le jeu: les prix à la vente sont limités dans une certaine fourchette et une famille ne peux plus acheter qu’un seul appartement. Résultat les vendeurs ne vendent plus ou sinon soit demandent le prix le plus haut possible fixé par la loi; soit surclassent l’appartement. Du coup les gens se replient sur la location où les prix explosent: +25% depuis Avril.
Cela ne va pas sans poser de gros problèmes pour les jeunes hommes chinois. Dans la culture chinoise, le mari doit fournir le logement pour le futur ménage, du coup avec les prix actuel beaucoup de couples se séparent car mademoiselle ne veut pas se marier avec un locataire… Encore plus révolutionnaire, en ville, pour éviter d’avoir à acheter un second appartement, les couples tentent de donner naissance à une fille ce qui va a l’encontre de la tradition privilégiant les garçons futurs bâtons de vieillesse et qui était la cause du déficit de millions de petites filles tuées ou abandonnées par leurs parents.
Pour en savoir plus sur les malheurs des jeunes mâles urbains locataires:

Bon il reste tout de même quelques bonnes affaires et j’ai trouvé un 175 mètres carrés sur Dongzhimen avec deux chambres au vingt-troisième étage mais sans balcon ouvert… Il n’est pas trop cher (6000 yuans par mois) car il n’y a pas de salle de sport, ni de piscine, ni les chaines de télévisions internationales indispensables à la survie des européens selon les agents immobiliers Chinois. Signature demain dimanche.
A suivre…

Advertisements

Actions

Information

3 responses

1 07 2010
Rémi

Salut Prep’s!
Très heureux de trouver de tes nouvelles et de lire tes aventures : je n’en attendais pas moins de toi que cette première histoire de dingue..! La bise de Paris, avec 34°…
A tout’

1 07 2010
Marie

J’attends la suite de tes aventures!!!!
Courage, patiente et volupté.
Bisous

1 07 2010
Graire

Très drôle ce récit de tes pérégrinations immobilières ! dignes d’un scénario…tu nous fais un remake des Tribulations d’un chinois en Chine !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :